You are currently viewing Cette année scolaire 2020-2021 là, là

Cette année scolaire 2020-2021 là, là

Depuis mars 2020, moment où l’école a été partagée entre « l’école à l’école » et « l’école à la maison », (ce que le Ministère différencie par le présentiel et le distanciel), il peut être difficile pour les parents de bien évaluer quelles sont les lacunes scolaires de leur enfant. Ceci s’avère d’autant plus inquiétant puisque les examens ministériels, qui sont souvent une référence en cette matière, ont été annulés. Face à cette problématique, on peut se demander si les acquis pour chaque discipline seront intégrés avec suffisamment de maitrise afin que les élèves soient réellement prêts en vue de la future année scolaire et pour la suite de leurs études. De plus, quelle est la matière à privilégier en tutorat considérant que certains coûts y sont reliés ?

En tant qu’enseignante de français, il m’apparait essentiel qu’un maintien constant de cette matière soit assuré afin que des retards majeurs ne puissent entraver des difficultés qui seraient perçues par les élèves comme trop décourageantes et qui conduiraient à l’échec scolaire voire à l’abandon.

Bien que la pandémie soit une mesure temporaire de restrictions, il n’en demeure pas moins que le français est plus qu’une matière de base : il sert de base à toutes les matières et ce, du primaire jusqu’à l’université.  Le décalage que des lacunes en français pourraient entraîner au sein d’un éventuel cours dans une institution académique une fois que la pandémie sera derrière nous, pourrait nuire à la réussite.  C’est pourquoi, il est essentiel que le tutorat ou des cours d’appoint soient envisagés et considérés comme un apport bénéfique à court et à long termes. 

En ciblant bien les besoins essentiels, nous pouvons favoriser des balises qui aideront notre jeunesse étudiante.

Kristine Boyer

Enseignante de français

Laisser un commentaire